Encore connue sous l’expression alopécie androgénique héréditaire en termes médicaux, la calvitie est définie comme étant une perte rapide et irrévocable du cuir chevelu. Elle atteint en majorité le sexe masculin. À travers cet article, faites le tour des dénouements probables pour remédier à cette maladie.

Technique de répression par la chirurgie

La meilleure solution pour remédier à cette chute rapide des cheveux est de procéder à une opération chirurgicale. Pour plus d’éclaircissements sur le principe fondamental de cette chirurgie, référez-vous à la source des cet article. Le principe de base est l’incorporation dans la tête de cellules provenant de cheveux n’ayant aucune anomalie. Elle peut se faire de trois manières différentes.

La première est la méthode de la greffe FUT. Encore appelée prélèvement par bandelette, elle est surtout utilisée pour des cheveux de faible ou moyenne densité. Deuxièmement, il y a la méthode FUE. Contrairement à la méthode précédente, le prélèvement se fait un à un et non par bandelette.

Enfin, la dernière méthode est la plus sûre avec un taux de réussite allant jusqu’à 90% de survie des cellules implantées. Il s’agit de la méthode DHI. Elle consiste à prélever les bulbes avec une extrême précision chirurgicale et à les réimplanter avec la même précision dans la zone atteinte. Elle donne un aspect tout à fait naturel après l’opération.

L’option médicamenteuse

En dehors de la chirurgie, certains médicaments sont conçus pour lutter efficacement contre l’alopécie. Le finastéride est le premier exemple. Son action est d’inhiber directement l’hormone provoquant la chute des cheveux. Cela se fait par adaptation de la balise hormonale. Cependant, il n’est toujours pas aussi efficace qu’en théorie. L’objectif du finastéride est de diminuer la vitesse de chute. Mais elle ne fait pas pousser les cheveux à nouveau.

Par ailleurs, l’application de lotions sur la zone atteinte est aussi préférable. Ces lotions faites à0 base de Minoxidil bloquent la chute des cheveux tout en assurant leur nouvelle croissance.